L’Eglise d’Ethe a été incendiée en août 1914; à l’époque, elle était véritablement la fierté et l’âme du village. Bien sûr, après la guerre, l’édifice a été reconstruit. Si on observe de près sa façade, on peut encore apercevoir des traces de suie dans la partie inférieure. Et si tu lèves très fort les yeux au ciel, tu pourras découvrir ceci:

Observe attentivement chacune des parties du vitrail Les maisons du village détruites et carbonisées après le passage  des Allemands

As-tu repéré cette religieuse sur le vitrail?

Laisse-là te raconter ce qui s’est passé.

“J'appartiens à la communauté des Soeurs de la Doctrine Chrétienne installée à Virton et à Ethe. A l'été 1914, je dirige l'école des filles de Ethe lorsque surviennent les terribles événements dont j'ai été le témoin. Je n'ai jamais vu des hommes se comporter de façon si cruelle que durant ces funestes journées des 22, 23 et 24 août 1914. Heureusement, grâce  à ma bonne connaissance de la langue allemande – j'ai oublié de dire que j'étais originaire du Grand-Duché-, j'ai pu intervenir auprès de ces «  barbares  » pour empêcher l'exécution de quelques habitants. Cela dit, je n'ai pu les empêcher de massacrer plus de deux cent personnes, surtout des hommes mais aussi des femmes et des enfants.


Le 22, alors que les combats font rage, les Allemands boutent le feu à l’église. Dès que je vois les flammes sortir du magnifique édifice, je m’y précipite dans l’idée de sauver tout ce qu’il était possible de sauver.  Sur les marches de l'escalier menant vers l’intérieur, je tombe sur les corps de Joseph Henry et  Joseph Schleder, morts. A peine, ais-je relevé les yeux, que je découvre dans les branches de lilas et d'églantiers qui bordent l'escalier de petites hosties blanches collées sur les feuilles. Aussitôt je m'agenouille et prie. Des habitants qui assistent au spectacle se regroupent alors autour de moi et se mettent eux aussi à prier. On décide d'aller chercher le vicaire. Lorsque ce dernier arrive, il recueille les précieuses hosties une à une puis nous réunit autour de l'autel de l'église détruite par les flammes; il nous donne la communion. Ce moment unique est et restera à jamais gravé dans nos mémoires”.

L’école des Sœurs de Ethe avant la guerre. Elles accueillaient les petits et les filles. Les garçons fréquentaient l’école communale.

#top L’église ravagée Table2 Photo: Bruno Tillière Coll. JPPaillot Coll. JPPaillot Le village, paisible,  avant la guerre…