Ce monument, tu le connais bien. Il longe la route qui traverse le village de Latour et rappelle aux passants le terrible calvaire des 71 habitants de Latour exécutés par les Allemands le 24 août 1914. Tous des hommes qui laissent derrière eux des veuves et de nombreux orphelins. Il n’y a pas que Latour qui compte de nombreux orphelins. On en retrouve dans toute la Belgique, et même dans toute l’Europe,  soit que…

Mais cela ne suffit pas toujours, Marie Mousty, encore elle, raconte: « J’ai été comme d’autres mendier au Grand-Duché. J’avais un certificat de la commune qui disait que j’étais orpheline et sinistrée. Et pour avoir un supplément, maman m’envoyait à Virton chercher de la graisse de bœuf, du suif, chez le boucher. J’y allais à pied et devais me lever à quatre heures du matin pour être dans les premiers, car il fallait faire la file ».

Il n’y a pas que les orphelins à profiter de la « soupe de guerre »; en général, tous les enfants de 2 à 12 ans avaient droit à ce repas bienvenu.

Marie Mousty






Pour assurer quelques rentrées d’argent, Victoire avait pris l’habitude d’aller à Virton pour approvisionner le village en vivres. Dans les premiers temps, elles les transportaient dans sa brouette. A la longue, la tâche devenait épuisante pénible… Via la gazette locale, elle lança un appel pour obtenir les fonds nécessaires à l’achat d’une mule. Et c’est ainsi qu’arriva Louise… Le dimanche avec Louise, Victoire se rendait à Habay voir deux de ses enfants qu’elle avait confié à l’orphelinat faute de pouvoir les nourrir…

VICTOIRE… Pourquoi les deux enfants regardent-ils vers le ciel? MARIE

Chanson: L’orphelin

« Au fond d’un cimetière,

Un petit orphelin,

Sur la tombe de son père

Disait joignant les mains,

‘Mon dieu, prenez pitié de moi

Il fait si froid, la neige tombe

Et d’être seul depuis des mois

De faim, je sens que je succombe ».


Chanson issue d’un recueil de chansons ayant appartenu à la grand-mère de Rolande Dauphin de Latour

#top #top Table 3 Bref, ils ne sont plus là  et les mamans se retrouvent bien seules… Heureusement, très vite, la solidarité prend le dessus…  C’est dans ce contexte qu’est créée la « Soupe de Guerre » Un Gaumais au front