et l’Abbé Dubois? Temoignages de virtonnais

«   ... vers 6h50, un coup de canon retentit à l'orée du bois de Virton. (...) On crut à un bombardement, et la population affolée, se réfugia dans les caves. Puis ce fut une canonnade épouvantable, à laquelle répondit une batterie française installée au-dessus de Saint-Mard. Mais, Virton n'était pas le but des projectiles ennemis. Il fut bientôt évident que le Collège Saint-Joseph seul était visé. N'était-ce pas une grande maison religieuse et l'ambulance qui renfermait le plus de blessés français. (...) Quatre grands drapeaux de la Croix-Rouge flottaient sur les toits; ils étaient visibles de tout le champ de bataille.(…) Le bombardement dura une heure. (...) Six tombèrent sur les bâtiments. Plus de trois mille vitres tombèrent en éclats; des toitures, des salles de classe et d'étude, des quartiers de professeurs, et les cabinets de la cour ne présentent plus qu'un amoncellement chaotique de débris sans nom. Spectacle affreux: douze blessés, dont trois Allemands, gisaient morts sous les débris...  ».

Le quartier de la Villette à Saint-Mard comptait de nombreux vanniers; le travail de l’osier était une spécialité du village.

Coll. P.Dumont #top #top Si tu as oublié qui sont Nestor Outer et l’Abbé Dubois… Que nous racontent Nestor Outer… Table1

Au même moment, Octave Foncin est touché d’un éclat d’obus sur le seuil de sa demeure.  

Ce nom te dit quelque chose? La journée du 23 août à Virton

Sa demeure, tu la connais bien de même que le parc sur laquelle elle ouvre

Octave Foncin a été bourgmestre de Virton jusqu’en 1913. On le voit ici prenant la pose sur la photo de famille réalisée à l’occasion du mariage de sa fille.