Théodore Hustin, propriétaire du moulin de Belmont, avait transformé sa maison en ambulance, en vue d'y recevoir les blessés. Louis, 27 ans, son plus proche voisin, lui avait apporté des matelas et des couvertures. C'est ce qui explique sa présence au moulin.


« Le dimanche 23 août, de grand matin, sous la conduite du bourgmestre, des hommes de bonne volonté aidèrent les brancardiers français à relever leurs blessés et à transporter les uns, une centaine environ, à la gare, où le docteur Besnard, médecin aide-major du 104e, organisa l'ambulance, les autres, les plus nombreux, au delà de trois cents, à l'école communale, où ils furent soignés par le docteur Joyeux, médecin-major du 104e, aidé d'une quarantaine d'infirmiers et de brancardiers. Quelques blessés allemands furent également l'objet de leurs soins ».


Rajouter un texte sur la maison communale

« Afin de pourvoir                                  à toute éventualité, dès les premiers jours                              de la guerre, une ambulance avait                             été établie dans la

 maison du Docteur Dordu, à Belmont. Plusieurs brancardiers volontaires s'étaient fait inscrire à la maison communale et une collecte à domicile avait permis de se procurer les choses les plus indispensables pour les soins à donner aux blessés ». Extrait de Schmitz & Nieuwland.


Où étaient-elles localisées? Parviens-tu à lire quand… la maison communale a été Construite? Ambulancesactivité Coll. Musée gaumais Table1